Les 6 slices sont juxtaposées pour une résolution de 70000 à 80000 selon les ordres.

Stabilité spectrale

Des tests de stabilité spectrale ont été effectués pendant la période de tests fonctionnels le 22 novembre 2006, sous la forme de série de calibrations avec les lampes Thorium sur une nuit complète.

Ces tests ont montré une stabilité thermique remarquable de la chambre climatisée (12.03deg±0.01) et pas de mesure claire de variation de pression.

Dans ces conditions le glissement de longueur d’onde traduit en vitesse radiale est montré ci-dessous.

Figure 5 : glissement en vitesse radiale au cours d’une nuit

 Variations de l'ordre

On remarque des variations de l’ordre de 40 m/s sur quelques heures pour un glissement global de 150m/s.

En ombré est montrée la période de remplissage du cryostat en azote à la fin de la nuit.

Ce remplissage induit un glissement bien visible

  •  amplitude 300m/s, partiellement rattrapé après remplissage

Nous n’avons pas encore d’information sur la stabilité du spectrographe d’une nuit à l’autre.

 Sensibilité

  • La sensibilité de l’instrument dépend principalement des facteurs suivants :
  • La surface du miroir primaire et la qualité des surfaces optiques du système.
  • La transparence du ciel
  • La qualité de l’injection du flux de l’étoile dans la fibre 

: ce facteur d’efficacité est intrinsèquement optimisé par l’alignement du polarimètre

  • conjugaison du trou et fibre

et dépend ensuite des conditions d’observation dont le seeing et de la bonne qualité du guidage sur trou.

La sensibilité du détecteur et la qualité de son électronique.

Signal/Bruit vs magnitude La performance globale en terme de sensibilité est présentée en terme de Signal/Bruit tel qu’extrait de la sortie du logiciel de réduction, dans un cas d’observation de référence à la figure ci-dessous.

Figure 6 : Signal/Bruit de NARVAL à 550 nm (0.0033 nm/pix) en mode POL3 en fonction de la magnitude V pour 4x120s, 4x900s et 2 seeings.

Le flux obtenu par NARVAL à 550 nm est environ 30 fois celui de MUSICOS à condition observationnelle équivalente, cela se traduit par un gain de signal/bruit d’un facteur 5.4.

Le calculateur de temps de pose ( http://www.ast.obs-mip.fr/users/donati/calculator_narval/etcform_nar.html )

de NARVAL est recommandé pour une préparation des demandes de temps.

Réponse spectrale

La réponse spectrale de NARVAL est illustée dans la figure suivante, donnant le signal/bruit (normalisé à 550 nm) d’étoiles de différent types spectraux.

Figure 7 : Signal/Bruit normalisé à 550 nm en fonction du type spectral observé

Signal/Bruit vs seeing L’influence du seeing et la qualité du guidage ont été simulées en tenant compte des sensibilités mesurées sur NARVAL, les tables ci-dessous résument les dégradations attendues pour le seeing seul sur le S/B et l’injection dans le trou.

En résumé le seeing seul n’est pas le facteur dominant de la dégradation du S/B mais l’effet combiné de l’injection et de la dégradation du guidage provoque une baisse rapide du S/B pour deux seeings, 1.2" et 3".

Powered by eZ Publish™ CMS Open Source Web Content Management. Copyright © 1999-2012 eZ Systems AS (except where otherwise noted). All rights reserved.