Rénovation du télescope

Jules Baillaud cherche d’abord à rénover le télescope existant, dont le miroir est de qualité médiocre.

Il négocie avec René Jarry-Desloges, un riche astronome amateur propriétaire d’un bon objectif de 50 centimètres, mais celui-ci est très réticent à prêter sa précieuse pièce optique.

L’imminence de l’opposition de Mars en 1941 oblige les astronomes à trouver une solution rapidement ; Il emprunte l’objectif de 38 centimètres de l’observatoire de Toulouse, avec lequel ils font d’excellentes observations de Mars qui les convainquent de trouver une solution permanente.

Lyot pense alors à l’objectif de 60 centimètres du grand télescope coudé de l’observatoire de Paris.

Mais sa longueur focale est de 18 mètres, soit trois fois celle du télescope Benjamin Baillaud.

Si on veut adapter le grand objectif à ce télescope, il faut replier deux fois le faisceau lumineux avec deux miroirs plans.

L’instrument devient alors une réfracto- réflecteur, système inventé par l’astronome suisse Emile Schaer au début du siècle, mais jamais testé à grande échelle.

La transformation

La transformation est tout à fait faisable, puisque le télescope Baillaud est composé de deux tubes

  • l’un pour le miroir de 50 centimètres,
  • l’autre pour la petite lunette de guidage de 23 centimètres.

La partition entre les deux tubes est enlevée et des barillets pour l’objectif et deux miroirs plans sont commandés auprès d’un fabriquant replié près de Vichy.

Cela se passe à l’automne 1942, alors que les alliés ont débarqué en Afrique du Nord et que les allemands ont occupé la zone sud de la France, et les pièces sont construites et livrées au milieu de difficultés d’approvisionnement et de transport inouies.

Le réfracto-réflector, rebaptisé "lunette Baillaud", est utilisé avec beaucoup de succès jusqu’à la fin des années soixante

  • pour mesurer avec précision le diamètre des planètes
  • pour cartographier leur surface
  • pour étudier les taches à la surface des satellites de Jupiter
  • pour cartographier la Lune

Il faudra attendre les observations spatiales pour faire mieux.

Cet instrument sert également

  • pour l’observation quotidienne de la couronne solaire
  • pour prévoir la qualité des communications terrestres dans le domaine radio