Le télescope de 1M et la coupole Gentili

La coupole abrite le télescope de 1m, dont l’optique fut fournie par les Américains

  • un miroir de 106 cm

Equipé en caméra CCD, elle est actuellement destinée à l’étude des planètes du système solaire, des comètes et occultation d’étoiles par des astéroïdes pour déterminer la forme de ces derniers.

Le télescope de 60 cm :

Initialement installé dans la coupole Gentili qui renferme le 1M, le 60cm 

  • actuellement destiné aux astronomes amateurs

Il permet de faire

  • des imageries du ciel
  • des nébuleuses
  • de la spectroscopie ...

Les coronographes et la coupole Baillaud :

Le coronographe est une lunette qui à l’aide d’un disque occulteur cache le disque solaire

  • comme la Lune lors des éclipses

ce qui permet d’observer la seule couronne.

Les coronographes actuels sont au nombre de deux, ils donnent leurs meilleurs résultats en l’hiver

  • pour la pureté du ciel

et ils reposent sur une table équatoriale

  • cf. coupole tourelle

Les coronographes du Pic collaborent avec la mission S.O.H.O. de la N.A.S.A.

Coupole Charvin

On y trouve un télescope essentiellement utilisé pour l’enseignement.

La Lunette Jean Rösch: coupole Tourelle

Cette Coupole située sur le flan Est du Pic du Midi bénéficie de conditions corographiques particulières qui permettent d’obtenir pratiquement la résolution théorique de l’instrument.

Ceci est aussi en partie du à la conception de cette coupole qui évite les échanges de masse d’air entre l’intérieur et l’extérieur ainsi qu’un rejet de l’objectif à l’avant d’un tube évitant les turbulences locales créées par la structure de la coupole.

Les principales instrumentations sont : d’une part un spectrographe qui fonctionne en mode simple ou double passage soustractif

  • DPSM

et d’autre part un filtre universel de type de Lyot.

Les spectrographes permettent l’étude dynamique des structures solaires à diverses altitudes tandis que le filtre universel sert à déterminer le champ magnétique

  • composante longitudinale

présent à la surface du soleil.

Il est possible aussi d’adapter des caméras pour l’imagerie directe pour l’étude

Le télescope

La lunette astronomique est composée d’un objectif de 50 cm de diamètre, placé à l’avant du tube, le corps de l’instrument.

Cet objectif fait converger les rayons lumineux en provenance de l’astre en un point appelé le foyer situé vers l’arrière, à l’intérieur du tube de l’instrument.

L’image finale s’obtient par l’utilisation d’un deuxième système optique, appelé oculaire.

L’oculaire est situé tout au bout du tube de la lunette, il transforme l’image de manière à la rendre visible à l’œil nu.

Schéma simplifié d’une lunette astronomique

Dans le cas présent, il est impossible de regarder à l’œil nu dans la lunette sous peine de brûlure de la rétine en quelques fractions de secondes.

Donc l’œil de l’observateur est remplacé par des caméras.

La coupole Tourelle est équipée de nombreux instruments qui permettent d’étudier

  • la surface et l’atmosphère du soleil jusqu’à une résolution de 0.25 secondes d’arc
  • les détails visibles à la surface du soleil sont ainsi de 200 km